Marchands de Rêves Prod.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Chaos Urbain

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Gaius
Admin


Messages : 38
Date d'inscription : 08/08/2007
Age : 36
Localisation : IDF

MessageSujet: Re: Chaos Urbain   Sam 18 Aoû 2007 - 11:51

HRP

La suiiiiiiiiiiiiiiiite, viiiiiiiiiiiiiiiiiite !!!

(coupé en 2 pour permettre de ne pas dépasser la limite maximale de caractères autorisés)


RP


----------------------------------------------------------------------------------

- Partie 37 -


Mélinda Lartig et son équipe patientaient à côté de leur camionnette aéroportée. Ils s’étaient posés à proximité d’une bouche d’aération de la base de la Sécurité Nationale. La particularité de cette bouche d’aération, c’était qu’elle était située en-dehors du périmètre de sécurité. Elle avait été camouflée et grillagée afin que nul ne pénètre dans la base par là.

Soudain, quelque chose bougea dans les fourrés. L’un des cameramen braqua son objectif dessus, et vit en émerger un droïde.


- Vous avez ce qu’il faut ? demanda-t-il.
- Oui, répondit Mélinda. On est bien d’accord : j’ai l’exclusivité ?
- Vous l’aurez dès que je serai revenu.

La journaliste lui tendit un gros sac à dos, que le droïde chargea sur son dos, avant de s’approcher de la grille. Tendant le bras, il la toucha et reçut une décharge électrique, dont il évacua l’énergie par la terre. Puis il resserra sur les mailles de la grille ce qui lui servait de doigts, et y découpa un large passage.

Puis il disparut dans les ténèbres du conduit d’aération.


---

L’atmosphère de la Maison était lourde, chargée d’humidité, et le gaz toxique commençait à descendre par la cage d’ascenseur.

- On fait quoi, maintenant ? demanda Vilma à DUODOMUS.
- Attendez, on va venir vous chercher.
- Sais-tu ce qu’il se passe là-haut ? demanda Harry.
- Patientez, communication en cours…, annonça le robot. Les troupes d’ALEA JACTA EST progressent bien.
- Et on n’a qu’à attendre alors ? s’exaspéra Kamel. Pfff… !

Soudain, un pan de plafond s’effondra dans l’un des couloirs de la Maison. Un droïde en descendit, et se dirigea automatiquement vers le groupe.

- Que… ?! s’exclama Wilfrid.
- Salut, répondit le droïde avec la voix d’ALEA JACTA EST.
- Yeahhhh !
- Hein ? firent Kamel, Harry et Vilma comme un seul homme.
- Les gars, je vous présente mon IA !
- Ah bon ? fit Vilma.
- Je ne m’attendais pas à ça !
- Moi non plus, à vrai dire…, répondit Wilfrid.
- Bon, vous avez fini oui ? On peut y aller ? fit l’IA en se délestant de son sac à dos. Mettez chacun un masque à gaz. Ensuite, on se taille d’ici !

Les humains s’équipèrent, puis suivirent l’IA vers le pan de plafond écroulé. A trois mètres de hauteur se situait le conduit d’aération. ALEA JACTA EST les lança un à un vers le conduit, puis les y rejoignit.

- Tout droit maintenant, puis première à gauche. Ça monte en pente raide, aidez-vous avec les pieds et les genoux. Ensuite, première à gauche encore, puis deuxième à droite. Le gaz toxique se diffuse partout, et vos masques sont très limités en capacités, alors ne vous perdez pas ! Allez !

Les génies suivirent le conduit, et, suivant les instructions de l’IA, parvinrent après vingt minutes à la surface. L’une des caméras de l’équipe captura leur sortie du conduit. Mélinda Lartig se jeta, micro en main, sur le premier qui émergea :

- Bonjour ! Qui êtes-vous ? D’où venez-vous ?
- Une minute, fit la voix déformée par le masque à gaz.

Kamel retira son masque, imité par les autres.

- Je suis Kamel Raïs, chirurgien neurologue et ingénieur en micro-technologies, et je…
- On peut faire ça plus tard ? coupa le droïde. Je vous rappelle que ces quatre-là ne doivent leur survie qu’à vous, alors si vous voulez les garder, il serait peut-être temps de les emmener au frais ?
Revenir en haut Aller en bas
Gaius
Admin


Messages : 38
Date d'inscription : 08/08/2007
Age : 36
Localisation : IDF

MessageSujet: Re: Chaos Urbain   Sam 18 Aoû 2007 - 11:52

----------------------------------------------------------------------------------

- Partie 38 -


Le téléphone sonna. L’homme qui était à côté, assis à son bureau, décrocha :

- Allo ?
- Monsieur le Premier ministre ?
- Oui ?
- Général Edmond, au rapport.
- L’opération Mouchoir Blanc est-elle débutée ?
- Oui, Monsieur.
- Quels résultats, pour l’instant ?
- Les fauteurs de troubles que nous avons repérés sont tous en état d’arrestation.
- Combien en reste-t-il dans les rues ?
- Beaucoup. A vue de nez, environ un millier.
- Qu’utilisez-vous comme armes ?
- Gaz lacrymogènes, chloroforme, et lances à eau. Nous rencontrons des groupes armés… comment procédons-nous ?
- Abattez-les. L’ordre doit revenir au plus tôt dans la ville, quels que soient les moyens utilisés.
- A vos ordres.

Le Premier ministre raccrocha. De toute sa carrière politique, c’était la première fois qu’il avait eu à passer cet ordre. Il soupira bruyamment : mieux valait ne pas y penser. Au fond, rien n’était de sa faute… Pour se divertir, il alluma la télé, et zappa sur plusieurs chaînes avant de revenir subitement en arrière, s’arrêtant sur Channel 43. Marcy Tarrent présentait un Nième flash spécial.

- …on nous apprend à l’instant que les troupes de l’armée viennent d’ouvrir le feu sur plusieurs groupes de casseurs et pillards. Nous retrouvons François Meyer sur le terrain. François ?
- Oui, merci Marcy.

Derrière lui, des échanges de tirs se faisaient entendre.

- C’est incroyable : l’armée vient d’ouvrir le feu, délaissant les gaz traditionnels, sur un groupe armé qui s’était retranché dans un magasin d’électroménager !
- C’est la première fois dans ce conflit que le sang va couler, n’est-ce pas ?
- Tout à fait Marcy, on se croirait presque en pleine guerre civile ! Je vous rappellerai dès qu’il y aura du nouveau…
- Merci François. Et maintenant, en exclusivité, nous retrouvons Mélinda, en compagnie de nos experts en hautes technologies… Mélinda ?
- Oui, merci Marcy. Je suis en direct avec ceux qui ont participé à l’élaboration du conflit, à commencer par Wilfrid De Rassen. Bonjour, Monsieur De Rassen.
- Bonjour, Mademoiselle Lartig, fit-il.
- Il se dit que vous avez déclenché ce conflit vous-même ?
- Tout n’est parti que d’une envie de rire un peu… Voir les gens affronter des événements inhabituels… Changer un peu la face du monde, à mon échelle.
- Pensiez-vous que la situation irait aussi loin ?
- Je pensais juste m’amuser…
- Que faisiez-vous dans la vie, avant ?
- Quelques petits boulots à droite à gauche.
- Que pensez-vous de la situation actuelle ?
- Disons que le fait que les autorités se soient investies à ce point pour me faire disparaître de la circulation m’a mis la puce à l’oreille. J’ai fini par découvrir, au sein de la base de la Sécurité Nationale – où nous étions gardés au frais – que le projet gouvernemental visait à « robotiser » les êtres humains pour les rendre fiables, forts, et surtout extrêmement dociles. Et donc nous priver tous de nos libertés et de nos vraies vies.
- Qu’avez-vous fait alors ?
- J’ai essayé de faire en sorte que ce projet ne puisse en aucun cas être mené à bien.
- Avez-vous agi seul ?
- Non.
- Qui vous a aidé ?
- Les autres personnes dans la même situation que moi.

S’adressant à la présentatrice du flash spécial :

- Rendez-vous compte, Marcy, nous sommes en présence des autres personnes en question.

Se tournant vers la femme à côté d'elle :

- Vous êtes ?
- Vilma Lamssa. J’étais programmeuse au sein d’une grande banque, avant d’être arrêtée pour des raisons obscures.
- C'est-à-dire ?
- A la demande de ma hiérarchie, j’avais hacké les transmissions codées des concurrents… je suis certaine que cela a complètement échappé à ces-mêmes concurrents.
- Comment avez-vous été découverte ?
- Je pense que j’ai été balancée par l’un de mes patrons… une fois qu’ils ont eu les informations dont ils avaient besoin.
- Et vous, vous êtes ?
- Kamel Elraïs. Je suis… enfin, j’étais chirurgien neurologue, spécialisé en micro-technologies. J’ai été arrêté après avoir effectué une opération neurologique sur un agent de la Sécurité Nationale.
- En quoi consistait cette opération ?
- Il m’avait été demandé d’intégrer une interface cybernétique de ma conception dans le cerveau de cet agent.
- L’opération a-t-elle réussi ?
- A merveille. L’agent en question s’est parfaitement rétabli, et est devenu par la suite un agent d’une redoutable efficacité.
- Qui a commandité cette opération ?
- Ce même agent, sous couverture de la Sécurité Nationale.
- Alors pourquoi avoir été arrêté ?
- Sans doute pour que l’opération ne soit ni ébruitée ni reproduite ailleurs sans la bonne surveillance de la Sécurité Nationale ?
- Merci… et vous, jeune homme ?
- Ouais, moi c’est Harry Duverger. J’ai 16 ans et je suis passionné de hacking. J’ai toujours travaillé sur la programmation d’intelligences artificielles. J’adore ça.
- Pourquoi avez-vous été arrêté ?
- J’en sais rien…
- En quelles circonstances a-t-on procédé à votre arrestation ?
- J’allais au lycée, et ils m’ont chopé sur la route.
- Êtes-vous passé devant un tribunal ?
- Non, je me suis directement retrouvé enfermé dans une base de la Sécurité Nationale.
- Pourquoi avez-vous été réunis au même endroit ?

Les quatre génies s’entre-regardèrent, puis ce fut Wilfrid qui répondit :

- Pour nous exploiter pour mener à bien leur projet terrible.
- Nous avons réussi à vous trouver… que fera la Sécurité Nationale s’ils vous retrouvent ?
- Je pense que nous serons tout simplement passés par les armes, sans autre forme de procès.
- Vous estimez que vous êtes en danger de mort ?
- Carrément !
- Qu’allez-vous faire, maintenant ?
- Bah… on va s’planquer ! répliqua Harry.

Mélinda regarda la caméra en face :

- C’était Mélinda Lartig, en direct pour Channel 43.


----------------------------------------------------------------------------------
Revenir en haut Aller en bas
Gaius
Admin


Messages : 38
Date d'inscription : 08/08/2007
Age : 36
Localisation : IDF

MessageSujet: Re: Chaos Urbain   Dim 19 Aoû 2007 - 18:53

HRP

...vous allez m'en vouloir de ne poster que ça !
...et surtout pour couper là où je vais couper... Twisted Evil

Bonne lecture !

RP


----------------------------------------------------------------------------------

- Partie 39 -


Deux semaines s’étaient écoulées. Les remous provoqués par l’interview de Mélinda Lartig avaient été colossaux. La Sécurité Nationale avait déboulé en force au siège de Channel 43, et, à grands renforts de moyens juridiques, ils avaient obtenu des responsables de la chaîne tous les enregistrements de l’interview – pour analyse.

Hélas, le mal avait été fait. Partout, à la surface du monde, des copies de l’enregistrement circulaient, éveillant les consciences…

A plus faible échelle, le chaos était aussi semé. Même si le calme était revenu en ville – du moins en apparence, les militaires patrouillant toujours –, la situation n’était pas mirobolante. Les casses, pillages, et différentes attaques menées en ville avait fait près de 400 morts. C’était catastrophique. Les militaires avaient aussi pris d’assaut la centrale, avec de gros moyens. Désormais, elle ne pouvait plus fournir que 30% de sa capacité normale, et attendait de grosses réparations.

Aucune activité ne pouvait reprendre normalement. Seuls les camions de manutention d’ordures et ceux des travaux publics pouvaient encore travailler. Mais puisque les premiers étaient inutilisables, leurs circuits grillés, le travail allait prendre des mois pour déblayer toutes les rues.

Au point de vue informatique, c’était l’hécatombe. ALEA JACTA EST avait bien joué en ville et dans l’usine de robotique. Et partout, DEMON était passé et avait tout cassé, rendant l’infrastructure inutilisable par quiconque. L’IA gouvernementale s’était autodétruite après avoir fait le ménage et une fois l’usine de robotique détruite par un immense incendie auquel elle avait activement participé.

Il n’y avait plus de traces d’ALEA JACTA EST dans les circuits publiques. Pour la plupart des gens, elle avait dû être détruite dans l’affaire, même si la Sécurité Nationale n’en était pas entièrement persuadée.

En réalité, elle était toujours là, mais elle s’était investie toute entière dans un unique corps de droïde, l’unique version 3 de sa production personnelle…, abandonnant tous les autres à leur sort – ils n’étaient que ses pions. Et elle veillait désormais sur son créateur comme une vraie mère poule.

Pour le reste… Les actualités dans le pays étaient critiques : partout, des gens s’insurgeaient contre les militaires et les autorités. Autant dire que Wilfrid avait vraiment mis le feu aux poudres. La société toute entière était au bord du gouffre… et même les grandes instances internationales commençaient à s’en inquiéter. Il ne manquait plus qu’une seule petite chose…



----------------------------------------------------------------------------------

- Partie 40 -


Marcy Tarrent présentait une nouvelle fois un flash spécial :

- …et nous retrouvons Mélinda Lartig, en direct depuis l’un de nos véhicules aéroportés. Mélinda ?
- Oui, merci Marcy. En effet, nous sommes en train de suivre le véhicule qui transporte nos quatre génies menacés de mort.
- Savez-vous où ils se rendent ?
- Oui, ils sont attendus par le Juge Tremick, pour déposer leurs témoignages contre l’État et le gouvernement. Étant donnée leur importance, ils ont même hérité d’une escorte policière : ceux-là mêmes qui leur donnaient la chasse leur font maintenant office d’escorte…

Les images de la jeune journaliste furent remplacées par celles prises par l’une des caméras de l’équipe, qui montrait le convoi : le véhicule censé transporter les quatre génies n’était qu’un véhicule standard terrestre. Devant, derrière, sur les côtés et au-dessus, des patrouilleuses, sirènes et gyrophares activés, le protégeaient.

Soudain, un véhicule de type « manutention d’ordures » se jeta sur le convoi à une vitesse folle, renversant plusieurs patrouilleuses avant d’entrer en collision avec le véhicule des quatre génies. S’ensuivit une terrible explosion qui creusa un profond cratère dans la route et envoya valser toutes les patrouilleuses…


- Mon dieu ! cria Mélinda Lartig. Un attentat ! Il… il ne reste plus qu’une énorme boule de feu à la place du véhicule… Ce… ce… c’en est fini des quatre héros de cette histoire ! Quelle horreur !
- Que s’est-il passé, Mélinda ? intervint Marcy Tarrent.
- On vient de supprimer définitivement les quatre preuves vivantes des exactions gouvernementales !
- Avaient-ils pu déposer leurs faits ailleurs ?
- Ils avaient vu l’un des juges il y a quelques jours…
- Cela suffira-t-il pour l’affaire ?
- Il est à craindre qu’elle ne soit enterrée, et…

A cet instant, la communication fut brouillée, et la voix du porte-parole de la Sécurité Nationale ne fut plus que la seule chose perceptible par tous les téléspectateurs :

- La nuisance a été éradiquée ; maintenant, ne vous préoccupez plus de votre sécurité – nous sommes là pour ça – et retournez à votre travail.


----------------------------------------------------------------------------------
Revenir en haut Aller en bas
Gaius
Admin


Messages : 38
Date d'inscription : 08/08/2007
Age : 36
Localisation : IDF

MessageSujet: Re: Chaos Urbain   Lun 20 Aoû 2007 - 20:52

RP


----------------------------------------------------------------------------------

- Partie 41 -


Mélinda rentra dans le bâtiment abandonné. Elle monta au deuxième étage et salua l’IA qui montait la garde :

- Salut ALEA JACTA EST.
- Salut Mélinda.
- Belle démonstration de puissance, et joli piège !
- Merci. Avec mes amis les génies, on ne peut pas s’arrêter de cogiter, alors… Il fallait bien qu’un jour où l’autre, un tel plan soit monté et exécuté ! Tu as ce qu’il faut ?
- Oui, oui, j’ai tout. Dans peu de temps, vous serez tous en sécurité !

Elle rentra dans l’une des pièces, et avisa Wilfrid, qui regardait en boucle le soi-disant attentat dont il aurait été victime avec les autres génies.

- Tiens, salut Mélinda, lui fit-il lorsqu’elle entra.
- Bonjour Wilfrid.
- Comment vas-tu ?
- Génial ! J’ai été promue au sein de Channel 43. J’ai obtenu le poste de rédactrice adjointe pour la zone Europe !
- Super ! Je suis bien content d’avoir pu t’aider !
- Je vous bien contente d’avoir pu vous aider, répéta-t-elle. Je vous ai apporté les papiers…

Elle s’approcha de la table et déposa dessus de petites cartes, en énumérant :

- Cartes d’identité, passeports, et même cartes diplomatiques ! Tout ce qu’il vous faut !
- Cartes diplomatiques ? releva Wilfrid.
- Oui, en faisant de vous les ambassadeurs de grandes puissances étrangères, vous devenez plus qu’intouchables avec vos nouvelles identités. Personne ne vous embêtera quand vous quitterez le pays…
- C’est super, ça ! Mais comment les as-tu obtenues ?
- Oh, bah… C’est qu’on se fait des contacts intéressants à force de traîner dans les bas-quartiers pour monter des reportages spéciaux…
- Vraiment extraordinaire… Merci beaucoup.
- Je n’aurai qu’un seul regret, quand vous serez partis…
- Lequel ?
- Je suis en train de laisser partir mon plus gros sujet à scandale !

Elle rit, imité par Wilfrid.

- Bah, tu sais, Mélinda, on pourra peut-être se retrouver ailleurs, en d’autres circonstances…
- Vraiment ?

Elle se dirigea vers la porte d’un pas léger, puis, se retournant :

- Tu sais, Wilfrid, l’avenir réserve parfois des surprises…

Elle lui fit un clin d’œil et sortit avant qu’il ne puisse répondre.
Revenir en haut Aller en bas
Gaius
Admin


Messages : 38
Date d'inscription : 08/08/2007
Age : 36
Localisation : IDF

MessageSujet: Re: Chaos Urbain   Lun 20 Aoû 2007 - 20:52

----------------------------------------------------------------------------------

- Epilogue -


Sortant de l’aéroplane, à l’aéroport de Paris, Wilfrid récupéra ses affaires. A la douane, il montra son passeport et sa carte diplomatique ; on le laissa passer sans ouvrir ses bagages et sans le fouiller. Il allait pour sortir de l’aéroport quand il entendit un signal faible dans l’écouteur qu’il portait à l’oreille droite. ALEA JACTA EST, réintégrée dans un ordinateur de poche, continuait à surveiller tout ce qui se passait… :

- Oui ? fit-il.
- On dirait que tu es attendu à la sortie.
- Qui ça ?
- D’après les caméras de surveillance de l’aéroport que je viens de hacker, je vois deux hommes en uniforme. Ce sont des gens d’une agence internationale, semblerait-il.
- Tu vois ça à quoi ?
- Le véhicule aéroporté à côté d’eux… On dirait la section scientifique et cybernétique de l’ONU.
- Ai-je possibilité de les éviter ?
- Tu vas te cacher toute ta vie ?

Wilfrid grogna, et s’engagea vers la sortie.

De fait, il y avait bien là deux hommes qui discutaient entre eux. Ils étaient grands, larges d’épaule, mais leur mine était aimable. Rien à voir avec les agents de la Sécurité Nationale de son pays d’origine. L’un d’eux avisa Wilfrid et lui fit un signe de la main avant de se diriger vers lui, l’autre restant à proximité du véhicule aéroporté, dont les vitres étaient fumées.


- Monsieur De Rassen ? demanda l’homme en uniforme.
- Euh… oui !
- Bonjour, je suis le capitaine Schoenberg, détaché par les Nations Unies.
- Bonjour, répondit Wilfrid.
- Nous aurions aimé nous entretenir avec vous.
- A quel sujet ?
- Nous aimerions obtenir toutes les informations possibles sur la guerre civile qui menace votre pays, ainsi que sur les projets gouvernementaux que vous avez révélés au grand jour.
- Dans quel but, vous voulez savoir ça ?
- Les Nations Unies ne peuvent tolérer qu’un État qui en fasse partie mène un projet visant à interdire la liberté des êtres humains. Nous aimerions exercer notre pouvoir de contrôle sur votre pays, pour supprimer ce projet intolérable, et limiter les risques de dégénérescence de la situation civile pour éviter une révolution.
- C’est une belle initiative. J’approuve entièrement. Je vous suis…

Schoenberg se dirigea vers le véhicule aéroporté, et désigna l’autre homme.

- Voici le sergent-chef Bullet. Votre garde du corps.
- …mon garde du corps ? Waouh !
- Vous nous êtes précieux, comme vous le savez. A nos yeux, un grand espoir repose sur vos épaules… et aux yeux de certains, vous êtes une sacrée menace.
- Au fait, comment savez-vous que je suis toujours en vie ? Officiellement, je suis censé avoir péri dans un attentat !
- Nous avons des agents qui travaillent partout…

Il n’acheva pas sa phrase ; Bullet ouvrit la porte latérale du véhicule aéroporté, et Wilfrid y grimpa. Il allait demander des précisions à Schoenberg lorsque son regard se posa sur la jeune femme assise en face de lui…

- Mélinda ?! hoqueta-t-il.
- Bonjour Wilfrid, sourit-elle.
- Voici l’agent qui nous a renseignés, confia Schoenberg en prenant place dans le véhicule.
- Je croyais que tu étais journaliste ?
- Et tant que le monde le croit, c’est bon ! Officiellement, j’ai été mutée ici, mais ce n’est que ma couverture…
- Super ! sourit Wilfrid. On va pouvoir se revoir alors !

La jeune femme sourit et rougit, mais ne répondit pas…

---

L’IA comme l’humain avaient mis par écrit toutes les informations dont ils avaient eu connaissance. Les plans machiavéliques de la Sécurité Nationale, le niveau de maîtrise cybernétique de l’agence, le recours à une IA de destruction de masse, … Tout était désormais entre les mains des grands chefs de l’ONU.

Ça allait barder au niveau international…

Pour la première fois depuis des jours, Wilfrid et son IA se retrouvèrent seuls, dans ses appartements au Quartier Général des Nations Unies.


- Et maintenant ? demanda ALEA JACTA EST.
- Bah maintenant…, hésita Wilfrid, je ne sais pas trop. Tu as eu des nouvelles des autres ?
- Oui. Kamel travaille aussi pour l’ONU maintenant. Il est basé en Arabie Saoudite, et travaille sur la mise au point d’armures de combat, qui seraient neuro-connectées aux fantassins de l’ONU.
- Super ! Il doit être à fond dedans !
- Harry est devenu l’expert en défense cybernétique du Royaume-Uni. C’est le chouchou de la Reine, à ce qu’il paraît. Il a reçu un titre de noblesse et des terres.
- Rohlàlà ! Il doit être fou de joie, ce petit gars !
- Et Vilma est la nouvelle co-présidente de l’Association contre les Dérives d’Internet. Sa branche est… devine quoi ?
- Euh… « contre le hacking » ?
- Aha ! Presque… ! Elle œuvre pour le « hacking défensif ».
- Elle travaille sur la mise au point de systèmes de défense cybernétiques ?
- D’après son dernier rapport, elle met au point des systèmes cybernétiques qui sont en réalité des pièges à hackers.
- Ça doit être hyper intéressant ! Mais comment es-tu au courant de tout ça ? Je croyais que tu n’avais pas de connexion attitrée ici ?
- Peut-être que je devrais arrêter de hacker tout ce qui passe à ma portée ?
- Si ça peut nous éviter pas mal d’ennuis… surtout avec nos alliés !
- OK. Comme ça, ça prouvera aux gens que les IA sont capables de se maîtriser… Encore que… je crois que je vais passer le reste de mon existence à veiller sur toi… et aussi sur ta copine Mélinda !
- Mort de rire ! C’est pas ma copine !
- …pas encore, mon grand, mais tu as vu comme elle te dévore des yeux ?
- Euh…, bredouilla l’humain. Qu’est-ce que tu y connais en relations humaines, toi ?
- Quoi ? c’est quoi cette remarque ? Je suis un génie, comme toi, et ma puissance de calcul est nettement supérieure à la tienne !
- Et alors ?
- N’essaie pas d’avoir raison contre moi, mon petit ! Les simulations que j’ai effectuées prouvent qu’elle est amoureuse de toi !
- Euh…, non mais…
- Qu’est-ce que tu attends ? Laisse-moi ici et va la retrouver !
- Euh…
- Allez, quoi ! Ta nouvelle vie t’attend…

Wilfrid déposa son ordinateur de poche dans un tiroir, et quitta sa chambre…


----------------------------------------------------------------------------------



HRP


...parce que toutes les bonnes choses ont une fin,
Je vous tire ma révérence, et vous annonce ici bas la FIN de "Chaos Urbain" !

Je tiens à remercier tous celles et ceux qui m'ont lu et commenté favorablement, je remercie aussi mes "accros", mon futur fan-club (j'aurais préféré un "femmes-club" mais c'est déjà mieux que rien), et puis je vous dis... :

...à un prochain RP !
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Chaos Urbain   

Revenir en haut Aller en bas
 
Chaos Urbain
Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» La confrerie du "chaos "( RP ouvert a tous )
» vente de figs chaos et demons en trop
» Vente matos chaos mortel en metal
» Nouveau LA chaos.
» chaos marauder

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Communauté de RPistes :: LA CITADELLE NOIRE :: La Bibliothèque Rouge-
Sauter vers: