Marchands de Rêves Prod.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Nouveau venu

Aller en bas 
AuteurMessage
Stormhead

avatar

Messages : 39
Date d'inscription : 29/11/2009

MessageSujet: Nouveau venu   Lun 30 Nov 2009 - 19:11

Il ouvrit les yeux, brusquement tiré du sommeil par sensation puissante de danger imminent. Il se redressa et s'assit lentement sur le bord de la couchette, tentant vainement de calmer les battements désordonnés de son cœur et de remettre de l'ordre dans ses pensées.
Ce faisant, il laissa vagabonder son regard sur la pièce alentour. Il lui fallu quelques instants pour se rendre compte que quelque chose n'allait pas. La chambre autour de lui était vaste, les murs et le plafond se perdant dans la pénombre due à la semi-obscurité qui régnait. La seule lumière perceptible provenait de deux globes lumineux, semblables aux yeux d'une quelconque chimère et flottants à deux mètres à peine de lui en émettant une lueur douce et ambrée. Le mobilier était tout ce qu'il avait de plus sommaire car à part la couchette, seuls une chaise à l'allure austère et un bureau usé par le temps étaient disposés contre un mur. Malgré tout, ce n'était pas le mobilier qui intriguait Stormhead, mais plutôt la pièce en elle-même, qui contrastait radicalement avec ce qu'elle aurait dû être. Qu'avait-il bien pu se passer durant son sommeil pour qu'il se réveille dans un endroit inconnu ?

- Et bien, voici une situation des plus étranges … Où puis-je bien être ?, se demanda-t-il, plus curieux qu'autre chose.

Il ne s'attendait pas à une réponse, et ne fut donc pas surprit quand seul l'écho lui revint pour tout éclaircissement.
Il se leva doucement du lit, mais avant qu'il ne put faire le moindre pas, l'un des globes lumineux se mit à avancer lentement pour ne se figer qu'a l'autre extrémité de la pièce, éclairant faiblement ce qui ressemblait à une porte.

- J'ai l'impression que l'on me montre le chemin à suivre, marmonna-t-il pour lui même.

Il se dirigea donc vers la porte, saisit la poignée et la franchit sans hésitation. À l’extérieur, le décor tranchait radicalement avec la pièce qu'il venait de quitter. Il se trouvait à présent sur un large balcon démuni de garde-fou, surplombant un vide abrupt. Aussi loin que son regard se posait tout n'était qu'enchevêtrement confus de lumière et d'ombre. Des tours monumentales, érigées par quelque dément égocentrique, semblaient narguer les dieux en s'élevant si haut qu'elles en disparaissaient dans les nuages. Au milieu de celles-ci, ce n'était qu'un ballet incessant de navettes et véhicules en tout genre dont le trafic était tellement dense et inextricable que les pilotes semblaient braver la mort elle-même.
Tout cela formait un incroyable capharnaüm de sons et de couleurs, aussi éblouissant qu'impressionnant.

Ambre

Ce nom surgit avec force dans son esprit, sans qu'il n'en détermine pourtant l'origine. Il sut malgré tout que c'était ainsi que se nommait la cité-planète qui s'étendait à ses pieds tel un monstre tentaculaire. Instinctivement, il devinait que le destin d'Ambre était dés lors lié au sien.
Essayant de démêler le complexe écheveau du futur qui se présentait à lui, Stormhead restât à contempler la ville pendant un moment qui lui parût une éternité.



**********************************



Le long couloir de marbre résonnait puissamment tandis qu'une haute silhouette s'avançait à pas méthodiques et déterminés. Cela faisait près d'une heure déjà que Stormhead avait commencé à arpenter ce dédale qu'était la citadelle d'Ambre. Gigantesque et massive, elle surplombait la cité telle un gardien implacable, écrasant toute entière celle dont elle était pourtant le cœur et l'âme.
Quiconque ne connaissant par cette forteresse se serait perdu immanquablement en elle car sa complexité était telle que l'on pouvait passer une vie entière à parcourir ses entrailles sans jamais trouver ce pour quoi l'on était venu. Pourtant, Stormhead savait que ses pas le mèneraient sans faillir à destination, ne s'arrêtant pas un seul instant pour réfléchir ou prendre ses repères tandis qu'il évoluait dans ce labyrinthe millénaire. Il ne savait pas ce qu'il cherchait, mais le trouver ne serait qu'une question de temps.

Il s'arrêtât enfin devant une porte que rien ne différenciait de centaines d'autres en ces lieux. Cette porte, il la poussa avec un mélange d'appréhension et d'excitation.

C'était une immense salle circulaire et totalement dépourvue de fenêtres sur l'extérieur. Le plafond était haut et finement ouvragé, soutenu par quatre colonnes. Il y faisait clair comme en plein jour, bien qu'il soit impossible de déterminer la source de cette clarté presque surnaturelle. Les murs étaient couvert du sol au plafond d'étagères ou reposaient d'épais volumes dont certains semblaient aussi anciens que la citadelle elle-même. Au centre de cette salle se trouvait un long bureau que l'on aurait pu croire surgit du sol lui-même. Derrière ce bureau se tenait un fauteuil imposant fait d'un cuir blanc comme la neige, si immaculé qu'il en paraissait éblouissant.
Cette pièce, Stormhead ne lui accorda qu’un simple coup d'œil, car son attention était toute entière tournée vers la seule autre personne présente. C'était un homme, grand et d'allure robuste, il émanait de lui un sentiment de puissance qui n'était qu'amplifié par son attitude calme et stoïque. Il ne portait pour tout vêtement qu'un uniforme d'un noir d'obsidienne qui contrastait violemment avec sa peau d'une blancheur d'ivoire. Les traits de son visage étaient si durs et figés qu'ils semblaient directement taillés dans le roc, ses yeux dont l'éclat orangé ne parvenait pas à cacher sa vivacité d'esprit étaient le seul signe trahissant la vie.
Un long moment s'écoula avant que l'inconnu ne se décide à faire un pas en avant et à prendre la parole.

- Vous voici enfin arrivé, dit l'étranger d'une voix douce mais néanmoins ferme.
- Vous m'attendiez, se contenta de répondre Stormhead de manière acerbe.
- Depuis bien plus longtemps que vous ne pouvez l'imaginer, répondit-il, sans se départir de son calme.
- Il semblerait que vous me connaissiez alors qu'à l'inverse je ne peux en dire autant, soupira doucement Stormhead.
- Je suis ce qui nous entoure (Et ce faisant il décrivit avec son bras un mouvement circulaire englobant la pièce), mais également tellement plus, commença-t-il, ses yeux brillants d'un éclat renouvelé.

Il marqua une pause prolongée avant de reprendre.

- Appelez-moi Bleys, ajouta-t-il avant de reprendre, mais approchez ... car il est temps pour vous de faire face à votre destin.
Revenir en haut Aller en bas
 
Nouveau venu
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Captain Bernie, nouveau venu sur le forum
» Salutations (peut-être un peu longue) d'un nouveau venu
» Apolyon, nouveau venu
» nouveau venu
» Nouveau venu - [Black Swallowtail]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Communauté de RPistes :: LA CITADELLE NOIRE :: La Bibliothèque Rouge-
Sauter vers: